MENU

Craft with heart
Le coeur qui bat pour l'artisanat

Heartworks Broderie, South Africa

L'artisanat bien fait a une sorte d'âme. L'attraction d'un objet fait à la main réside dans la touche humaine évidente qu'il contient.

Ntsaphokazi, artisan at Heartworks South Africa

C'est certainement le cas de tous les objets de Heartworks, un groupe de femmes artisans créé au Cap en 2000 par Margaret Woermann, une artiste elle même.

Heartworks broderie a été créé pour former et offrir un travail sûr et stable aux femmes marginalisées. Les artisanes du groupe viennent de très loin, la majorité des femmes viennent du Zimbabwe, de la RDC mais aussi de partout en Afrique du Sud. J'ai demandé à Margaret comment l'organisation s'était développée ; 

Initialement, nous avons commencé la projet avec une ONG "Breadline Africa" qui était un groupe de sensibilisation au HIV il y a 17 ans, ils allaient financer un cours de broderie.

Parmi les premiers groupes de femmes, beaucoup venaient du Zimbabwe et avaient appris à coudre,

La broderie et le tricot étaient enseignés dans les écoles du Zimbabwe, contrairement à ici en Afrique du Sud. Certaines de ces femmes utilisaient des méthodes que je n'avais jamais vus auparavant.
Contilda, artisan at Heartworks South Africa

Margaret explique qu'il y a eu un autre élément fortuit dans le développement de leur travail, car il y avait un certain nombre de femmes qui avaient appris des techniques de broderie spéciales dans la région sud-africaine de Kwa Zulu Natal auprès d'une artiste de textile de la région. Beaucoup de femmes se sont mises facilement à ce travail, elles ont grandi et développé de nouvelles compétences.

Aujourd'hui elles ont acquis le savoir-faire. Je me concentre vraiment sur la broderie. Nous faisons de très bonnes choses, et il y a tellement de potentiel. Nous sommes à un tournant et je suis très enthousiaste pour l'avenir".
Cushions, hand embroidered with insects. Coussins brodé main. Cape Town

J'ai posé des questions à Margaret sur la nouvelle collection d'insectes que Heartworks vient de lancer. Elle nous a dit que l'idée date de longtemps : "Il y a des années et des années, nous avons fait des insectes, une femme incroyable est venue du Zimbabwe et a fait des insectes, ils étaient si beaux". Ils lui ont demandé de faire suffisamment d'insectes pour les vendre tout au long de l'année, car cette femme ne venait à l'atelier en Afrique du Sud qu'une fois par an. 


 Bo-Kaap Cape Town, Afrique du Sud, South Africa

C'est ainsi que travaillent de nombreuses femmes artisans, elles se rendent au Cap pour gagner de l'argent, parfois pendant plusieurs mois d'affilée, puis elles rentrent chez elles pour planter du maïs. Ce qui est bien avec cette projet et la broderie, c'est que les femmes ne travaille pas dans un bureau ou une usine, elles peuvent ramener leur travail à la maison et s'occuper de leur famille si nécessaire, ce qui signifie qu'elles n'ont pas à parcourir des kilomètres et des kilomètres, ce qui coûte beaucoup d'argent et leur prend beaucoup de temps. 


Yolanda artisan at Heartworks

Parmi le groupe, il y a à la fois des migrants économiques et des migrants politiques. Depuis des années maintenant, Heartworks soutient et encourage les artisans qui ont parcouru un long chemin pour un avenir plus sûr, et ces femmes sont sérieusement motivées, "les femmes ici ont une expression, plus vous marchez loin - plus vous travaillez dur". Si la vie n'était pas déjà assez difficile, la pandémie de covid les a poussées à leurs limites, depuis la covid "le groupe est très réduit, de 30 travailleurs réguliers avant la pandémie, à 6 ou 7 femmes aujourd'hui." Beaucoup d'artisanes sont retournées chez elles au début de la pandémie : alors que le pays était verrouillé, la perspective imminente de perdre un revenu stable a fait que les gens sont retournés dans leur famille, quand les temps sont difficiles " une femme artisan m'a dit, c'est plus facile d'être pauvre à la maison". 

En ces temps difficiles, la logistique et l'approvisionnement en tissus et en fils posent de plus en plus de problèmes, mais il semble que l'ingéniosité et le courage de Margaret et de l'équipe de Heartworks ne seront pas freinés par des détails aussi banals.


Leginah artisan at Heartworks, Cape Town.

Heartworks a été directement touchée par le covid : quand les communautés du monde entier ont été confiné les magasins ont fermé, les commandes à l'étranger ont diminué et les ventes se sont arrêtées dans leurs propres boutiques du Cap : "J'ai perdu tous mes points de vente et mon activité". Mais aujourd'hui, Heartworks se remet au travail, elles forment actuellement 3 ou 4 nouvelles femmes et "nous avons appris de nombreuses leçons". Lorsque je demande à Margaret quels sont les principaux facteurs limitants pour ce groupe de femmes talentueuses, elle répond que peu de choses limitent leur travail, mais que le principal problème est l'argent. Le travail est long, minutieux et doit être correctement rémunéré, mais elle estime que le marché ne valorise pas suffisamment un artisanat de si haute qualité : "il y a un problème avec la perception que l'artisanat est bon marché, que la production et la coute de la vie ici n'est pas cher".

Une perception que Storie s'efforce de changer depuis longtemps. Il semble que le vent tourne, aujourd'hui de plus en plus de personnes comprennent la valeur du fait main, que j'aime appeler le luxe authentique. Un consommateur consciencieux recherche un objet qui a été fabriqué de manière durable et éthique, il cherche l'histoire du produit qu'il achète et comprend qu'en soutenant des entreprises qui font de bonnes affaires, il peut jouer un rôle dans l'évolution du marché, en faisant progresser des organisations fabuleuses comme Heartworks dans l'avenir. 

Regarder la collection Heartworks sur www.storieshop.com